Togo : le nouveau marché à bétail d’Anié inauguré

Le directeur de l’élevage a procédé à l’ouverture officielle du nouveau marché à bétail d’Anié au nom du ministre en charge de l’élevage le 22 avril à Anié (région des Plateaux) en présence de plusieurs acteurs et partenaires de la filière notamment l’Ambassadeur de l’Union Européenne, le directeur général de l’Agence française de développement (AFD), du coordonnateur régional du PREDIP au nom du CILSS et du représentant de l’ONG Acting For Life.

D’un coût total de 62 millions FCFA, le nouveau marché est construit sur une superficie de 800m². Il comprend un bloc administratif, un hangar de négociation, un quai d’embarquement, des toilettes, six box pour les bétails vendus et un château d’eau.

L’infrastructure a été construite dans le cadre du Projet d’appui à la mobilité du Bétail pour un meilleur accès aux ressources et aux marchés en Afrique de l’Ouest (PAMOBARMA), composante 3 du PREDIP. Il vise à mettre en place des infrastructures et aménagements pastoraux transfrontaliers sous la coordination de l’ONG Acting For Life.

Selon le Maire de la commune d’Anié 1, ATARA Tfarabaa, la mise en exploitation de ce marché va augmenter les ressources de la commune d’Anié 1 qui est essentiellement agropastorale. Toutefois, précise-t-il, ce marché nécessite de nouvelles infrastructures à savoir un abattoir moderne et un camion frigorifique pour offrir de la viande saine et de qualité aux consommateurs.

Pour le président de la fédération nationale des professionnels du bétail et viandes du Togo (FENAPBVITO), El Hadj Alidou Alassani, l’infrastructure a une envergure régionale et assure la visibilité de la filière. L’ancien marché accueillait au moins au moins 1.000 têtes par mois tandis que la capacité d’accueil a doublé avec ce nouveau marché. « Pour le bon fonctionnement du marché, un comité de gestion est mis en place et regroupe la mairie et les acteurs. Ils prendront toutes les décisions de façon inclusive », a expliqué le président de la FENAPBVITO.

Fruit de la coopération entre l’Union Européenne, la France et le Togo, cette infrastructure vise à promouvoir une transhumance apaisée et le développement local dans le contexte de décentralisation en cours au Togo », a souligné l’Ambassadeur de l’UE au Togo, Joaquim Tasso Vilallonga tout en exhortant les bénéficiaires à en faire un bon usage.

Après avoir rappelé les différentes actions et initiatives en cours au Togo pour la mobilité et le commerce du bétail, Dr Komlan Batawi a expliqué aux participants que les marchés à bétail font partie de la filière bovine et s’inscrivent bien dans le plan national de développement dont l’une des priorités est de parvenir à une transhumance apaisée avec des infrastructures agropastorales modernes et sécurisée.