COVID-19 Impacts sur les activités agropastorales dans les pays du PREDIP / Situation au Niger

Au niveau du Ministère en charge de l’élevage, toutes les activités (projets et programmes) pouvant se dérouler au niveau déconcentré, sans une mission centrale sont autorisées. Le niveau déconcentré envoi par mail les données pour traitement. Le blocage des frontières pour la transhumance, a amené à revoir le bilan fourrager établi initialement, en tenant compte des départs en transhumance à un bilan fourrager sans transhumance. Le bilan fourrager est déficitaire de l’ordre de plus de 12 millions de tonnes MS. Les besoins réévalués des aliments pour bétail sont estimés à 35000 tonnes.

La mise à disposition de l’aliment bétail le long du corridor pour les transhumants qui risqueraient d’être bloqués au moment de leur remontée si les pluies ne s’installent précocement.

Ces décisions ont entrainé une limitation du mouvement des animaux sur le terrain et a entrainé la baisse de la valeur marchande et de ce fait, une augmentation du prix des denrées alimentaires au niveau de nos marchés qui ne sont pas suffisamment ravitaillés.