PRODIATA : la plateforme multi acteurs de Builsa/Ghana mise en place

Du 22 au 25 juin 2021 s’est tenu à FUMBISI dans le district de Builsa, district nord du Ghana, l’atelier de mise en place de la plateforme d’innovation multi acteurs de gestion des ressources naturelles et de prévention des conflits dans le cadre de la mise en œuvre des activités du Projet régional de Dialogue pour une transhumance apaisée en Afrique de l’Ouest (PRODIATA), composante 2 du PREDIP.

Organisée sous l’initiative du Secrétariat Exécutif de l’APESS, avec l’appui Ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation (MOFA), du Secrétariat exécutif du CILSS, de l’ONG Care International au Burkina Faso, et de la SNV Burkina Faso ; la réunion visait à : i) prendre contact avec les acteurs locaux concernés par le processus ; ii) présenter les résultats de l’étude de référence pour la mise en place des plateformes d’innovation, iii) mettre en place la plateforme.

L’atelier a regroupé une quarantaine de participants représentant les autorités administratives de la région, les représentants locaux du MOFA, les autorités coutumières, les représentants d’organisations socio professionnelles des femmes, des jeunes, des bouchers, le CILSS, CARE International, l’APESS, la SNV, les Forces de Défense et de sécurité (Police du Ghana, Service des Sapeurs-Pompiers), des associations et coopératives de producteurs agricoles et d’éleveurs.

 Concernant l’étude diagnostique de la transhumance, les participants ont affirmé que les résultats sont conformes aux réalités de la transhumance dans leur terroir. Ils ont souhaité voir ressorties parmi les causes de conflits, les vols opérés par les transhumants ; la coupe de bois et le fait qu’en saison sèche les éleveurs laissent leurs animaux envahir les champs. Les femmes ont fait remarquer que souvent les bergers possèdent des armes blanches et elles ont peur de protester lorsque les animaux détruisent leurs cultures. Ils ont affirmé que pour juguler les difficultés, un recensement des éleveurs est en cours dans la commune. Les participants ont aussi affirmé qu’ils vivent en coexistence pacifique avec les éleveurs du terroir mais ont plus de difficultés avec les éleveurs transhumants. Les participants ont également abordé les questions relatives aux points d’entrée des transhumants et à la nécessité de vacciner le bétail avant son entrée au Ghana.

Les participants ont par la suite mis en place officiellement la plateforme d’innovation de Builsa qui comprend une quinzaine d’acteurs comprenant les éleveurs, les agriculteurs, les agents de forces de défense et de sécurité, les élus locaux, les responsables coutumiers, les jeunes et les femmes.

Cette plateforme est chargée de sensibiliser les agropasteurs sur la pratique de l’élevage mobile et surtout intervenir dans la prévention et la gestion des conflits pastoraux.