Ghana

Historique

Le pastoralisme au Ghana plus particulièrement au Nord du Pays, a émergé à la fin des années 1970 et au début des années 1980, lorsque des sècheresses prolongées et les feux de brousse ont poussé les éleveurs des pays sahéliens vers le sud des savanes humides Soudaniennes et Guinéennes de l’Afrique de l’Ouest à la recherche de pâturages (Bassett & Turner, 2007). D’un autre côté, Amanor (1995) indique plutôt que la colonisation de la zone subhumide de l’Afrique de l’Ouest par les éleveurs pastoraux a résulté de la destruction de la végétation naturelle par les agriculteurs, de l’élimination de la mouche tsé-tsé et de la trypanosomiase, et de la sélection par les propriétaires de bétail de bovins Bos taurus résistants à la trypanosomiase. De Bruijn & Van Dijk (2003) rapportent également des apparitions d’activités pastorales en Afrique de l’Ouest en réaction aux sècheresses sahéliennes des années 1970 et 1980 qui ont poussé de nombreux éleveurs à vendre leur bétail aux riches agriculteurs, marchands et fonctionnaires en échange de céréales.

Les mouvements pastoraux dans la région du nord du Ghana à la fin des années 1970 et au début des années 1980 ont cependant été de courte durée, car les conflits prolongés entre agriculteurs et bergers ont conduit à l’expulsion des éleveurs par des militaires (Tonah, 2006). Alors que certains éleveurs ont choisi de partir avec leur cheptel, d’autres l’ont vendu et sont restés pour travailler comme bergers salariés. Tout comme cela s’est produit ailleurs dans la sous-région de l’Afrique de l’Ouest, l’élevage de bétail dans le NSM a finalement été adopté par d’autres investisseurs du Nord du Ghana et du reste du pays, qui ont vu la propriété de bétail comme une assurance contre le risque des mauvaises récoltes.

Situation actuelle

Actuellement, le pastoralisme au Ghana est en grande partie réservé aux investisseurs qui emploient des éleveurs pastoraux, principalement des Peuhls comme bergers pour leur bétail.

Bien que les affrontements entre les éleveurs et les agriculteurs sur les ressources terrestres remontent à l’origine de l’humanité, ils ont pris des allures inquiétantes ces derniers temps. Les nomades sont accusés d’avoir peu d’égards pour les droits fonciers et leurs pratiques sont considérées comme nuisibles pour l’environnement, primitives et pénalisantes pour les économies nationales par les agriculteurs, les décideurs politiques et les écologues (Nori et al., 2008; Sayre et al., 2013). Le pastoralisme au Ghana se trouve dans cette situation difficile tandis que les réformes de l’administration foncière, associées à la croissance démographique, et l’évolution des systèmes d’héritage et de famille, génèrent des systèmes d’«universalité, d’exclusivité, de cessibilité et d’applicabilité» dans l’utilisation des terres (Lengoiboni et al., 2010).

PRINCIPALES ACTIVITES DU PREDIP AU GHANA

 

Situation des prévisions des infrastructures/aménagements

Types d’infrastructures Indicateurs Quantité Localisation
Composante 3-Infrastructures
1 Sécurisation des pites Longueur des pistes 287 km En cours d’identification : Haute région occidentale / Haute région Orientale (nord)
2 Aménagement des aires de repos/pâturage Nombre d’aire repos / pâtures 10 * En cours d’identification
3 Réalisation des points d’eau Nombre de points d’eau (mares, forages, puits, barrages,…) 8 *Karaga
*Bawku West
* En cours d’identification
4 Réalisation de marché à bétail Nombre de marchés à bétail 4 Haute région occidentale / Haute région Orientale (nord): *Buipé
*Gushiégu *Wa *Banda-Kounta
5 Réalisation de quais d’embarquement Nombre de quai d’embarquement 2 * Region Upper est / District de Bawku Municipal / Pusiga

 

Situation des prévisions des activités soft

Types d’activités Indicateurs Quantité
Composante 3-Infrastructures
1 Formation des facilitateurs Nombre de facilitateur à former 20
2 Organisation des débats Nombre de débats 7
3 Organisation des débats accompagnés Nombre de débats accompagnés 4
4 Réalisation des cartes Nombre de cartes réalisées 2
5 Formation des comités de gestion des infrastructures et aménagements Nombre de formations des Comités de gestion 6
6 Organisation des visites d’échanges Nombre de visites échanges 1
7 Organisation des ateliers de restitution technique et budgétaire Ateliers de restitution technique et budgétaire des collectivités 6
8 Diffusion grand public des résultats de l’atelier de restitution technique et budgétaire Nombre de Communiqués radio 6
Composante 2-Dialogue
9 Mise en place de plateformes d’innovation multi acteurs dans les zones d’accueil Nombre de plateformes d’innovation mises en place 1
10 Organisation de rencontres transfrontalières de concertation pour prévenir et gérer les conflits dans les zones dépourvues de cadre de concertation Nombre de rencontres impliquant les OPR au niveau transfrontalier, national et régional 8
11 Organisation des rencontres annuelles de haut niveau sur la transhumance apaisée par le cadre de concertation entre OPR Nombre de participants aux réunions transfrontalières, aux réunions des comités/cadres et aux comités nationaux et composition par sexe 120
12 Plaidoyer en faveur de la prise en compte des thématiques de transhumance et de nutrition dans les stratégies, plans d’investissement et allocations budgétaires des pays, et dans les PDC, plans de développement communaux Nombre de planification communale, régionale ou nationale intégrant les propositions d’aménagement en faveur de la transhumance apaisée (en lien avec les réalisations de la composante 3) 1
13 Formation et information des agriculteurs et des éleveurs sur les textes règlementant la transhumance. Nombre de leaders des agriculteurs des éleveurs et des acteurs de la transhumance ayant bénéficié des formations aux textes 20
14 Développement d’un module d’animation du dialogue transfrontalier basé sur l’analyse des écarts entre le droit et les pratiques Nombre d’animateurs formés au sein des OPR en animation du dialogue transfrontalier (10/OPR) 5
15 Expérimentation d’un dispositif d’assistance juridique Nombre d’éleveurs et d’agriculteurs ayant bénéficié d’assistance juridique (fonction des besoins) 20

 

RÈGLEMENTATIONS EN MATIÈRE DE TRANSHUMANCE 

À la suite des controverses à l’échelle mondiale, il est toutefois important d’élaborer des politiques et des stratégies qui renforceront la coexistence et l’utilisation commune des ressources de manière non conflictuelle. Au Ghana, l’Etat a élaboré un ensemble de textes locaux, nationaux et communaux pour réguler la pratique du pastoralisme au niveau transfrontalier et au niveau interne.

Textes de loi téléchargeables

 

AUTRES PROJETS SUR LE PASTORALISME AU GHANA

  • Programme régional d’investissement pour le développement de l’élevage et du pastoralisme dans les pays côtiers, en cours de finalisation.
  • Programme d’appui à la commercialisation du bétail en Afrique de l’Ouest, Phase I (PACBAO), en cours d’exécution ;
  • Projet Elevages et Pastoralisme Intégrés et Sécurisés (PEPISAO) en cours d’exécution

POINT FOCAL TRANSHUMANCE

Monsieur Edwin BEKOE le point focal transhumance pour le PREDIP et représentant le Ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation du Ghana. Au sein de ce Ministère, il est le Directeur National des Productions Animales.