Les bonnes pratiques de gestion des marchés à bétail capitalisées par le PRAPS

Du 10 au 11 novembre l’Unité Régionale de Gestion du Projet régional d’Appui au Pastoralisme (PRAPS) a organisé un atelier technique régional de capitalisation des expériences de gestion et d’animation des marchés à bétail via la plateforme Zoom.

Un marché à bétail apparait comme un espace d’interactions économiques, sociales et politiques, impliquant diverses catégories d’acteurs (collectivités locales, éleveurs, intermédiaires, commerçants, OP…) ayant des centres d’intérêt parfois divergents. Il ressort alors que l’implication des acteurs clés dans les initiatives de construction ou réhabilitation des marchés ainsi que dans les processus de définition et de mise en place des dispositifs/modes de gestion et d’animation appropriés et participatifs tenant compte du contexte historique, sociopolitique et économique est indispensable pour assurer un fonctionnement effectif et efficace des marchés à bétail. Le système de gestion nécessite alors d’être mieux rationnalisé avec une forte implication des acteurs pour assurer un fonctionnement effectif des marchés à bétail.

Après avoir mené plusieurs expériences de construction et de gestion des marchés à bétail depuis 2016, le PRAPS entendait capitaliser sur ses expériences et les mettre à l’échelle au cours de cet atelier qui visait à contribuer à une meilleure connaissance et documentation des modes de gestion et d’animation des marchés à bétail en vue de tracer les grandes lignes d’une démarche commune pouvant inspirée les modèles de gestion des marchés construits ou rénovés par le PRAPS et au-delà, fournir les bases pour l’élaboration d’un manuel régional de gestion des marchés à bétail.

De façon spécifique, et sur les deux jours, il s’est agi de favoriser le partage d’expériences et les échanges entre les participants en ce qui concerne les modes de gestion et d’animation des marchés à bétail, et d’examiner et amender les versions provisoires des notes de capitalisation portant sur les modalités de gestion et d’animation des marchés à bétail.

Ce sont au total plus d’une dizaine d’expériences qui ont été partagées et ont mis l’accent sur : – un aperçu du contexte et des enjeux liés à la gestion du marché à bétail, – un bref rappel du processus ayant abouti à la définition du mode de gestion, – une description des éléments caractéristiques du mode de gestion (avec un accent mis sur les organes de gestion et de contrôle mis en place, la politique de taxation des activités commerciales, la gestion des ressources collectées sur le marché etc.),- une description du dispositif (avec un focus sur son fonctionnement, les acteurs qu’il mobilise, les services délivrés, les conditions d’accès à ces services etc.), – une description de la contribution du dispositif à l’animation et l’attractivité du marché ; – un récapitulatif des éléments d’enseignements tirés de la mise en place du dispositif.

L’atelier a mobilisé une diversité d’acteurs notamment des personnes ressources impliquées dans les processus de mise en place et de fonctionnement des marchés à bétail : – Des représentants d’institutions étatiques : ministères de l’élevage, collectivités territoriales, services techniques décentralisés de l’élevage ; – Des représentants des réseaux d’OPR (APESS, COFENABVI, RBM, ROPPA) et d’OP nationales d’éleveurs (FEBEVIM, ANOPER…) – Des représentant d’institutions sous régionales (CEDEAO, UEMOA) – Des ONG d’appui : AFL, ICD… – Les coordinations nationales du PRAPS, la Coordination Régionale du PRAPS et des représentants de projets sur le pastoralisme : PREDIP, PEPISAO, MOPS, PACBAO, etc.